Association Rèpublicaine Irunaise
"Nicolás Guerendiain"
La défense des valeurs républicaines et la récupération de la mémoire historique

Livres d'intérêt

El coraje sin recompensa - Nicolás Guerendiain Salaberri (1900-1937)

"El coraje sin recompensa - Nicolás Guerendiain Salaberri (1900-1937) de José Ramón Cruz Mundet
Profil d'un irunés qui, malgré sa vie courte mais intense, est un exemple d'engagement et d'activisme politique. Avocat, juge, footballeur, joueur de baseball, acteur, mais surtout républicain. Conformément à sa pensée, il s'est battu jusqu'aux dernières conséquences pour cette cause. Plus d'informations

A pico y pala: trabajos forzosos en Gipuzkoa

"A pico y pala: trabajos forzosos en Gipuzkoa" Destacamento Penal de Irun (1942-1944) de Aiala Oronoz Mitxelena
Entre la fin de 1942 et le début de 1944, plus de deux cents prisonniers du régime franquiste ont participé aux travaux de canalisation de la régate Olaberria à Irun. Plus d'informations

Los buenos hijos: Guerra civil en Irun

"Los buenos hijos: Guerra civil en Irun" Volúmen 1 de Mertxe Tranche Iparragirre
Pourquoi Eloy Pablo Iglesias et son fils ont été emmenés au fort de Guadalupe rien connu le coup d'Etat du 18 Juillet?. Irun est entrée lorsque les troupes de Franco, qui a su tirer, qui s'arrêter, qui torture? La réponse est simple: parce qu'ils se connaissaient. Plus d'informations

Portail du livre de la Constitution

Constitution de la République Espagnole de 1931. Text complaine.

Portail du livre

"Destrucción de una ciudad y contrucción del nuevo estado", de Pedro Barruso. Il fait une analyse de la situation à Irun pendant la guerre et les premières années du franquisme.

Portail du livre

"El fenómeno del Republicanismo en Irun durante la restauración borbónica (1875-1923)" de Aitor Puche.

Portail du livre

"Unidad y cultura, cien años de socialismo en Irun (1901-2001)" , de Aitor Puche.

Portail du livre

"Tener 13 años en el 36", de Joaquín Galvez. Il raconte l'histoire de Joaquín Gálvez (Irun, 1923), qui a subi deux exils pendant la guerre civile, le premier en Catalogne et le second en France.

Portail du livre

"El niño republicano de Beraun", de Jaime Rodriguez Salis. Sous les yeux du lecteur défileront des événements, des paysages et des personnages que l'irraisonnable d'un soulèvement fasciste contre la République naissante s'est efforcé de souiller de haine, de sang et de douleur.

Portail du livre

"Mi exilio" de Ramón Lopez Barrantes. Avocat de l'État et membre du barreau de Madrid, il a rejoint le parti "Gauche républicaine" après la proclamation de la République.

Il nous raconte ses expériences de la guerre civile, et, tout particulièrement, sa vie mouvementée en France, durant ses douze années d'exil.

Portail du livre

"La guerra civil en la frontera", de Pío Baroja. Entre 1942 et 1943, Baroja publie les fascicules hebdomadaires de ses mémoires, intitulés "Du dernier tournant de la route" regroupés dans le tome VII de ses Œuvres complètes.

Le tome VIII rassemble canulars, notes, témoignages et opinions personnelles qu'il a consignés et écrits durant les premières semaines de la guerre d'Espagne vécues depuis la rive droite de la Bidassoa.

Portail du livre

"El caso Martana", de Miguel Usabiaga (écrivain et architecte).

Roman noir avec le cyclisme en toile de fond, rend hommage aux cyclistes anonymes engagés contre le fascisme.

Il se déroule dans les années 1930 et couvre des lieux à Irun, les Pyrénées, les Alpes, l'Italie, Barcelone, etc.

Portail du livre

"Crónica errante" de Nestor Basterrechea. Pleine d'anecdotes, la première partie du livre, chronique errante de l'exil, se rattache à un mélange dans lequel «on trouve des choses très différentes, qui est aussi une façon de faire connaissance»

Dans ces éclairs qui fuient le simple chronologique, ils se croisent d'expériences en critiques d'art, cheminant de Brueghel et le Beatus de Liébana à Gutiérrez Solana, les peintres mexicains ou leur rencontre à San Sebastian, en plein tournage d'Ama Lur, avec un OVNI. "Les gens ne me croient pas, mais c'est vrai." Une autobiographie qui se nourrit de ce qu'il a vu et vécu. Et de Basterretxea lui-même.

Portail du livre'

"Trece Rosas rojas" de Carlos Fonseca. Treize filles, dont sept mineures, ont été abattues le matin du 5 août 1939 contre les murs du cimetière de l'Est à Madrid. Leur crime: être "rojas"

Portail du livre

"Recuerdos de una mujer de la Generación del 98" de Carmen Baroja, hermana de Pio. Il revendique de plein droit de revendiquer la génération de 98. A travers les pages de ces mémoires, écrites entre 1943 et 1946, défilent, entre tendresse et sarcasme, presque tous les personnages des lettres, des arts et de la politique de cette génération. Il raconte les événements survenus dans les carrières et la ville de Bera et recueille quelque chose de ce qui s'est passé sur les rives de la Bidassoa lors de la "croisade glorieuse" racontée par celui qui les a vécus.

Portail du livre

"La línea de la libertad", de Peter Eisner. Il raconte l'histoire de la Comète rouge, l'un des groupes de résistance les plus importants et les plus performants composé de Belges, de Français et d'Espagnols qui ont uni leurs forces pour sauver les aviateurs alliés tombés en territoire occupé et les ramener en Angleterre.

Portail du livre

"La mujer vasca en el exilio de 1936". Si l'on regarde des photographies d'exil, les sujets principaux de ce type de document sont presque toujours des hommes. Parfois, il semble que seuls les hommes se soient exilés. En exil, il y avait aussi des femmes qui, à de nombreuses reprises, ont participé activement à toutes sortes d'initiatives sociales et culturelles. Et c'est là l'un des principaux objectifs de ce livre: situer les femmes dans la photographie d'exil et, dans la mesure du possible, valoriser et récupérer leurs apports...

Portail du livre

"Historia del campo de concentración de Miranda de Ebro (1937-1947)". Tout au long de ses 506 pages et 250 photographies, il montre des images et des témoignages de dizaines de républicains, de gudaris, de membres de brigades internationales et de réfugiés européens, dont beaucoup de juifs, arrivés en Espagne pour fuir la barbarie nazie.

Les mauvais traitements, les maladies et les décès sont quelques-unes des circonstances pour lesquelles ce camp est commémoré, et il apparaît avec d'autres de triste mémoire : Auschwitz, Mauthausen, Dacha, Buchenwald etc.

Portail du livre

"Arrasate 1936, una generación cortada".Ce livre raconte l'histoire des victimes du franquisme dans la région d'Arrasate, d'un régime mort mais dont les messages sont toujours vivants et actifs.

Portail du livre

"La insurrección de octubre del 34 y la II República en Eibar", de Jesús Gutierrez Arosa. Les facteurs qui ont fait d'Eibar une population de référence et un symbole du républicanisme tout au long de la Seconde République dans l'État espagnol sont analysés en détail.

Outre les facteurs politiques et sociaux, une attention préférentielle est portée aux causes de l'insurrection d'octobre 1934, à la préparation du mouvement, à son développement, aux facteurs qui ont déterminé son échec, etc. Il analyse également la répression qui a suivi et le procès au cours duquel les commandants militaires ont prononcé des peines sévères contre les accusés.

Par la suite, à la suite des élections de 1936 remportées par le Front populaire, une amnistie est décrétée dont bénéficient les accusés des événements survenus en 1934 à Eibar.

Portail du livre

"Los batallones de Euskadi", de Miguel de Amilibia. Ce n'est pas seulement un témoignage, ou un récit de quelques faits, mais une conclusion claire se dégage de ces pages: Les «bataillons basques» se sont battus, parfois mal orientés, parfois trahis, toujours courageux, pour deux causes communes: la liberté nationale de son Euskal Herria et la révolution sociale qu'implique le socialisme internationaliste.

Portail du livre

"Diarios, 1932-1933, Los cuadernos robados", de Manuel Azaña. "El futuro de España....¡terrible secreto! Con el cual tengo yo que dialogar ahora, a ver si lo entiendo". Le 25 décembre 1932, Manuel Azaña nota ces mots dans un cahier qui, avec deux autres, fut volé en 1936, remis au général Franco et manipulé. Soixante ans plus tard, la publication intégrale de ces journaux constitue un acte de restitution de la mémoire d'un homme politique honnête.

Portail du livre

"Las fosas de Franco", de Emilio Silva y Santiago Macías.Emilio Silva raconte l'histoire de son grand-père et de treize autres hommes assassinés un matin du 16 octobre 1936 par un groupe de fanatiques falangistes assoiffés de sang dans la ville de Priaranza del Bierzo.

Leurs corps ont été enterrés dans une fosse commune creusée à un carrefour, sous un noyer. Une tombe qui n'a pu être ouverte que 64 ans plus tard lorsque le hasard, d'abord, et l'effort, plus tard, ont conduit le petit-fils à exhumer les restes de son grand-père. [...]  

Portail du livre

"Víctimas de la Guerra civil", de Santos Juliá. Il expose avec rigueur et autorité ce que l'on sait à ce jour de la grande tragédie humaine qui s'est déroulée à l'arrière, tant dans une région que dans une autre. Exécutions arbitraires, exécutions sommaires, prisons et harcèlement de ceux qui ont fui vers les montagnes; exil, représailles économiques et ouvrières et multiples tracasseries après la victoire des troupes du général Franco.

Portail du livre

"Un otoño para salvar Madrid"de Christine Diger. Fuyant la misère et les problèmes politiques, la famille Francos quitte sa petite ville de Castille en 1919 et s'installe à Bayonne. Le petit Théo est élevé dans un idéal de justice et de liberté que son père lui a transmis. En 1936, Théo partit en aide à la République espagnole.

Portail du livre

"Las fosas del silencio",de Montse Armengou. Dans les premiers mois de la guerre, des milliers de personnes ont été données "la promenade", qui ont été fusillées sans jugement dans n'importe quel fossé ou à côté d'un mur de cimetière. Elles sont disparues sous Franco, des personnes pour lesquelles il n'existe aucun acte de décès. et dont les familles continuent de les rechercher.

Portail du livre

"La sombra de Franco en la Transición", de Alfredo Grimaldos. La Transition espagnole, submergée par les cliquetis des sabres -réellement ou égoïstement amplifiés- a renoncé à opérer une véritable rupture démocratique.

Politiciens de l'Ancien Régime, policiers tortionnaires et magistrats sauvages trouvèrent un logement facile dans le nouveau système. Les anciens ministres qui ont signé des condamnations à mort avec Franco et les anciens gouverneurs civils qui ont sanctifié les fusillades dans le dos jouissent encore aujourd'hui, au XXIe siècle, d'une fonction publique privilégiée. Plus d'informations

Portail du livre

"27 de septiembre, cinco héroes del pueblo". La première édition de ce document a été publiée en janvier 1976 par l'Agence España Popular Press (A.P.E.P.). La deuxième édition a eu lieu en septembre 1978.
La troisième édition a été publiée en septembre 2005, respectant pleinement tous les textes de la deuxième édition, bien que certaines photographies et illustrations n'aient pas pu être reproduites.

Portail du livre

"Los guerrilleros. Esperanza del pueblo", de Julio Estellés. L'auteur, né en mai 1926, rend hommage à la guérilla antifranquiste "le maquis".

Portail du livre

"Maquis, La guerrilla vasca 1938-1962", de Mikel Rodriguez. Ce livre traite du maquis, de la guérilla basque luttant contre le fascisme et la dictature franquiste pendant la Seconde Guerre mondiale et les années suivantes. Première du genre puisque, jusqu'à présent, aucun historien n'avait osé enquêter sur le combat du groupe de guérilla d'Euskadi. Plus d'informations

Portail du livre

"Nosotros somos nosotros". Cet hilarant "Retablo fascio-apóstolico de la Era Triunfal" est une belle analyse burlesque de l'histoire espagnole réactionnaire, et plus particulièrement du franquisme dans la première moitié des années 1940. S'appuyant sur des événements réels et d'autres crédibles, il constitue une dénonciation de son idéologie grossière et la crétinence de ses actions, et offre une vision photographique du despotisme dénigrant de ce moment.

Portail du livre

"Memoria de los Vascos en la Segunda Guerra Mundial", de Mikel Rodriguez. Il raconte les aventures des exilés qui ont combattu avec le bataillon Gernika, parmi lesquels se trouvaient une vingtaine d'irunais.

Portail du livre

"García Larrache, un republicano navarro euskaldun", de Javier García-Larrache. Rufino García Larrache était un homme politique navarrais d'une culture et d'une préparation inhabituelles dont l'action résolue en tant que membre du premier directeur républicain de la Diputación de Navarra serait décisive pour l'implantation de la Deuxième République en Navarre.

Portail du livre

"El niño de la prisión", de Andrés Iniesta López. Emprisonné par Franco à l'âge de 17 ans, il nous raconte son enfance à Uclés, le déclenchement de la guerre civile, la répression, les humiliations, les exécutions...

Il nous parle aussi de la solidarité entre les prisonniers, du courage du condamné face à la mort et de la résistance d'un enfant pour survivre dans un monde d'hommes avilis.

Portail du livre

"Lo vivido por mí y visto por mí en Mauthausen", de Tomás Jemes Ariza. Les prisonniers politiques de Mauthausen scellent leur engagement le 16 mai 1945 de faire connaître au monde la vérité sur les cruautés qui y sont commises afin que justice soit faite et les dommages réparés, mais surtout pour que l'humanité apprenne que la liberté et la solidarité entre les peuples qu'ils sont le chemin pour que cette ignominie ne se reproduise plus. Télécharger le livre en .pdf / Plus d'informations

Dates à se rappeler en

Juin

Angula berria
Logo de KaleanBai