logo de l'Association Rèpublicaine Irunaise 'Nicolás Guerendiain'

Article 2.-
Les objectifs de cette Association sont les suivants: LA DÉFENSE DES VALEURS RÉPUBLICAINES ET LA RÉCUPÉRATION DE LA MÉMOIRE HISTORIQUE

Suivez-nous sur...Logo de facebookLogo de youtubeLogo de twiter

Le recit gagnant. (12 à 16 ans). Auteur: Xabier Zubizarreta Arano

Affiche du concours litteraire

Photos de la remise des prix

Cette histoire a été écrite en euskara. L'Association a voulu faire une adaptation à la française à être compris dans cette langue.

Nous voulons faire comprendre qu'il n'y a une traduction littérale, en raison de la difficulté que cela implique.

Nahigabeko omenaldia

Palentziako jolas-parke baten azpian topatu diren erailen amenez.

Julián-ek: “Si me vais a matar, que sea delante de mis hijos”
Falangistak: “No te apresures Julián, que no te va a pasar nada”

 

Gaur, haurrak zabuan olgetan,

atzo, eraikin ia denak ketan;

gaur, haurren barre-algara

atzo, famili amen negarra;

gaur, bake beltzezko ingurua

atzo, beltza zena: zerua

 

Bala bat txistuka,

gelditu ezin den trena bezala,

geltokira ez, gizonengana doala bala;

ausart koldarrek, oldar batean tiro koldarra,

benetako ausarten zain, lurreko belarra;

bihotza ezkerrean, gorri odola,

askatasuna mihian, begietan zeru-zola.

 

Urteak joan, urteak etorri,

hara ze ironia,

orain parke bat dena,

lehen hilerria;

gurutzeen ordez leriak,

hildakoen ordez biziak;

negar ohia estaltzen du irriak,

zaharren azal zimurra haur jaioberriak,

krudelkeria, umeen bihurrikeriak.

 

Nahigabeko omenaldia

parkea egitean,

nahiz oraindik egon memoria

ehortzia lurpean,

udaberriro irtengo da, loreen bitartez,

eta hori ezingo du inork ekidin,

hala da, halabeharrez.

 

Gaur loratzen dira hasiak

atzo ereiniko hazia

Txori-txiki

Hommage d'affliction (adaptation)

En hommage aux assassinés découverts dans un parc de Palencia

Julien: “Si vous allez me tuer, faites le devant mes enfants”
Les phalangistes: “e presses pas Julien, il ne va rien t'arriver”

 

Aujourd'hui, les bambins en train de s'amuser sur les balançoires,

hier, presque toutes les masures enfumées,

aujourd'hui, les rires sonores des bambins

hier, les pleurs des mères de famille,

aujourd'hui, un environnement de paix noire

hier, ce qui était noir: le ciel.

 

Le sifflement d'une balle,

qui va tel un train ne pouvant s'arrêter,

non vers une gare, la balle fonce sur un homme,

lâches courageux, dans une rueé un lâche coup de feu,

l'herbe du sol dans l'attente du véritable courageux;

le coeur à gauche, rouge le sang,

la liberté sur la langue, dans les yeux l'horizon.

 

Avec l'échéance des années,

que d'ironie,

ce qui est à ce jour un parc,

fut en son temps un cimetière:

des balançoires à la place de croix,

des vivants à la place des morts;

ce qui, avant, était une lamentation couverte par les rires,

la peau ridée des anciens, êtres nouveaux-nés

de la cruauté aux expliégleries enfantines.

 

Hommage d'affliction

en façonnant le parc,

quoique la mémoire soit toujours présente,

ensenvelie sous terre,

chaque printemps arrivera lorsque pousseront

les fleurs,

Et ça, nul ne pourra l'empêcher,

c'est comme ça et tel se doit d'être nécessairement.

 

Aujourd'hui, fleurissent les principes

des semences jetées hier.

Txori-txiki

Leandro Agirretxe, 1, Local 4
Centro Cívico Palmera-Montero - 20304 Irun
Tel: 669 075 423