logo de l'Association Rèpublicaine Irunaise 'Nicolás Guerendiain'

Article 2.-
Les objectifs de cette Association sont les suivants: LA DÉFENSE DES VALEURS RÉPUBLICAINES ET LA RÉCUPÉRATION DE LA MÉMOIRE HISTORIQUE

Suivez-nous sur...Logo de facebookLogo de youtubeLogo de twiter

8 mars. Journée mondiale de la femme qui travaille

A partir de l'Association Républicaine Irunaise "Nicolas Guerendiain", nous souhaitons ce 8 mars nous rappeler le grand progrés qu'apporta la IIème République pour les femmes.

D'importantes Lois ont été approuvées qui déclaraient, entre autres, l'égalité des sexes, le mariage civil, le divorce, l'avortement, reconnaissance des mêmes droits aux enfants illégitimes qu'aux légitimes. En définitive cela a réformé la famille et la vie des femmes.

Nous souhaitons aujourd'hui rendre hommage à toutes ces femmes progressistes et républicaines qui ont rendu possibles toutes réformes.

Clara Campoamor, députée et défenseure du suffrage féminin sans limitations aucunes.

Federica Montseny première femme ministre d'un gouvernement espagnol et qui a promulgué la Loi sur l'avortement et qui créa des centres de soins pour prostituées où on leur offrait le gîte et l'apprentissage d'un métier.

Victoria Kent, Directrice Générale des Prisons dont les réformes visant à récupérer les délinquants ont laissé une trace profonde dans la conception du système pénitentiaire.

Margarita Nelken, défenseure de la cause des travailleurs. Elle dénonça l'esclavage au travail et les accouchements dans les usines.

Amparo Poch, médecin, qui s'est efforcée de rapprocher la Santé des classes laborieuses, qui a réalisé un travail important d'education en vue d'éviter les maladies vénériennes au moyen de cours d'éducation sexuelle et de maternité consciente.

María Lejárraga, écrivain, qui a prêté un soin particulier à la formation culturelle des femmes au moyen de conférences nombreuses et de son engagement politique.

Dolores Ibárruri, (dite La Pasionaria), Vice-Présidente des Cortes, combattante auvrière et qui par ses mots "Plutôt mourir debout que vivre à genoux" défendit âprement la République face au Facisme.

Nous savons gré à toutes ces femmes républicaines, de leurs combat contre le coup militaire faciste pendant la guerre, contre la dictature, en défense de la démocratie et toujours pour la liberté et l'égalité.

La longe nuit du franquisme encouragea la haine envers les femmes républicaines, les accusant de couloir détruire les foyers chrétiens et d'être les instigatrices de crimes. Elles ont été humiliées, reprimées, fusillées, emprisonnées dans des geôles facistes gérées par des nonnes facistes, leurs enfants sequestrés et remis à des familles facistes. Ce qui de nos jours est connu comme les enlèvements d'enfants en Argentine objet d'enquêtes et de poursuites là bas et ici impuni, voire béni.

C'est pour ces faits que nous les femmes devons savoir que le droit a être tritées comme des personnes ne peut provonir de ceux qui apportèrent leur appui à la longe dictature, aujourd'hui déguisés en démocrates et que nous avons beaucoup de chemin à parcourir en vue d'obtenir la parité pleine au travail, alaires, pensions, culture et dans la participation aux prises de décision.

¡Vive la femme républicaine!

¡Vive la femme qui travaille!

Irun, le 8 mars 2007.

Leandro Agirretxe, 1, Local 4
Centro Cívico Palmera-Montero - 20304 Irun
Tel: 669 075 423