Association Rèpublicaine Irunaise
"Nicolás Guerendiain"
La défense des valeurs républicaines et la récupération de la mémoire historique

Chronique du 14 avril 2021 à Irun

Cette année, la cérémonie de levée du drapeau a eu lieu le 13 à 19h00. Cela a commencé avec le txalaparta. Ensuite, les membres de l'Association ont lu une déclaration et après, et pour la première fois, le maire d'Irun et le conseiller de la mémoire historique ont pris la parole.

Ensuite, le drapeau a été hissé par des collègues de l'Association.

Fotos

Text lu après la Txalaparta

Bonsoir

Demain, mercredi 14 avril, ce sera le 90e anniversaire de la proclamation de la Deuxième République.

En ce jour comme demain et après les élections municipales, la période la plus démocratique avec le plus de libertés qu'elle ait eue tout au long de son histoire a commencé dans l'État espagnol.

Une Constitution a été approuvée dans laquelle elle s'engageait à l'éducation publique et laïque, à la séparation de l'Église et de l'État, à l'importance de la culture, au droit de vote pour les femmes, à la loi sur le divorce, etc.

Dans les articles 26 et 27 de la Constitution du 31, se référant à la religion, il dit des choses telles que «Interdiction d'exercer l'industrie, le commerce ou l'éducation» «Soumission à toutes les lois fiscales du pays». «Obligation de rendre un compte annuel à l'Etat»… Il ne faut pas très habile pour voir les différences avec les lois actuelles, totalement rendues à l'Église catholique. Inscriptions, enseignement concerté, résidences pour personnes âgées, subventions, etc. etc.

Au cours de cette année, en raison de la pandémie, nous avons vérifié ce que signifie le public par rapport au privé. La privatisation des hôpitaux et des résidences a clarifié les priorités de ces institutions; les affaires avant la santé.

Et qu'allons-nous dire de la monarchie. Leur corruption a été rendue publique, ce que tout le monde connaissait et que les médias et les pouvoirs publics ont tenté de cacher pendant toutes ces années. Une corruption qui ne commence pas avec Juan Carlos; son père, son grand-père, son arrière-grand-père… c'est dans sa propre essence. Et maintenant, ils veulent nous convaincre que leur fils est différent, qu'il est inconscient de tout cela, qu'il n'a jamais connu ou participé à l'entreprise de son père. Jusqu'à quand ce système monarchique continuera à être protégé, qui en plus d'être corrompu, maintient le "Un, Grand et Libre" et ce que cela implique et cela a été proclamé par le dictateur qui nous l'a imposé.

De là, nous continuons à défendre la légalité qui nous a été enlevée en 1939, l'illégalité du régime franquiste et de la monarchie, ainsi que la restauration du régime républicain proclamée en un jour comme demain, le 14 avril, il y a 90 ans.

Nous voulons, comme chaque année, que cet acte serve à rappeler et honorer tous ceux qui ont défendu et combattu pour les idées que nous faisons nôtres aujourd'hui et aussi toutes les personnes qui nous ont accompagnés pendant toutes ces années et que ce, pour des raisons de la sécurité sanitaire ne peut pas être avec nous.

Vive la République!
Vive le 14 avril!

 

Pendant le levage, l'hymne de l'irrigation, l'Eusko Gudari et l'Internationale ont retenti.

Le drapeau restera en place du 14 au 15 à midi.