logo de l'Association Rèpublicaine Irunaise 'Nicolás Guerendiain'

Article 2.-
Les objectifs de cette Association sont les suivants: LA DÉFENSE DES VALEURS RÉPUBLICAINES ET LA RÉCUPÉRATION DE LA MÉMOIRE HISTORIQUE

Suivez-nous sur...Logo de facebookLogo de youtubeLogo de twiter

Chronique de l’hommage aux fusillés de Pikoketa le 11/08/1936

Information sur l' histoire de Pikoketa le 11 aôut 1936...

De même que l’année dernière, le dimanche 11 novembre 2007 a eu lieu une cérémonie d’hommage aux fusillés de Pikoketa le 11 août 1936.

À cette occasion, la route et les accès à Pikoketa ont été "décorés" et le site aménagé pour le rendre plus accueillant

Faitez click pour voir la photo

CONTENU DU TEXTE

Bonjour à tous et à toutes. Merci d’être venus participer à cette cérémonie.

C’est ici que, au mois d’août il y a maintenant 71 ans, treize personnes furent assassinées:

Mertxe López Cotarelo
Pilar Vallés Vicuña
José María Arruti Idiakez
Victor Genua
Jesús López Casado
Agapito Dominguez
Bernardo Usabiaga Jauregui
Manuel Justo Alberti
Miguel López Pascual
Vicente Argote
Agustin Bermejo
Felix Luz Etxeberria
A Angel Braña López
Jacinto López Martínez

Neuf d’entre elles âgées de 16 à 25 ans et les quatre autres, carabiniers.

Faits prisonniers, ils furent aussitôt fusillés.

Sans avoir commis le moindre délit. Au contraire, faisant preuve à tout moment d’un comportement exemplaire

Quelques jours auparavant, les fascistes s’étaient soulevés contre la légalité, contre la démocratie, contre la République, contre le Pays Basque.

Et ces jeunes combattants décidèrent d’empêcher l’avancée de l’ennemi, sans entraînement, sans à peine de connaissances militaires, ils décidèrent de défendre cette position pour les empêcher d’entrer dans la ville d’Irun.

Ils savaient qu’ils risquaient leur vie et ce qu’ils défendaient.

  • Ils défendaient les droits populaires, obtenus après des décennies de lutte et de combat.
  • Ils défendaient la pluralité politique face au totalitarisme.
  • Ils défendaient le mouvement ouvrier
  • la journée de travail digne
  • la réforme agricole
  • l’égalité de genre
  • l’enseignement public et laïc
  • la culture et l’euskara
  • la liberté d’enseignement
  • la liberté de presse
  • Ils savaient qu’ils défendaient le progrès, en général, et le progrès social

Ils défendaient, en somme, la République et le Pays Basque

Ils nous défendaient tous et nous devons leur en être reconnaissants

Les fascistes mirent fin à leurs vies et instaurèrent postérieurement la dictature, fondée sur l’assassinat et la répression et la volonté de retarder et de freiner le progrès. Mais nous affirmons ici, aujourd’hui, qu’ils ont échoué. Ils ne pourront jamais freiner le progrès, car il y aura toujours des hommes et des femmes, comme ces treize vaillants combattants, prêts à défendre leur peuple.

Nous rendons aujourd’hui hommage à ces compagnons et compagnes que nous n’oublierons jamais.

Et le plus grand honneur que nous pouvons leur rendre c’est notre promesse de travailler sans relâche en faveur de ces mêmes valeurs pour lesquelles ils ont sacrifié leur vie.

Pour plus d’informations sur ces personnes...

Marcelo Usabiaga

Marcelo Usabiaga, frère de l’une de ces victimes, a tenu à rendre hommage également à d’autres habitants d’Irun, assassinés et victimes de représailles durant la Guerre Civile.

Un offrande florale a ensuite été déposée, accompagnée des sons de l’Hymne de Riego et de l’Eusko Gudariak.

Le sons du txistu ont clôturé la cérémonie.

À 14:00 h, une cinquantaine de personnes ont partagé un déjeuner de fraternité au Restaurant Pikoketa.

Pancarte dans un pont
Pancarte dans un pont

Et pour terminer, une pancarte contre la "Loi de la Mémoire" a été déployée à l’entrée de Hondarribia

Leandro Agirretxe, 1, Local 4
Centro Cívico Palmera-Montero - 20304 Irun
Tel: 669 075 423