logo de l'Association Rèpublicaine Irunaise 'Nicolás Guerendiain'

Article 2.-
Les objectifs de cette Association sont les suivants: LA DÉFENSE DES VALEURS RÉPUBLICAINES ET LA RÉCUPÉRATION DE LA MÉMOIRE HISTORIQUE

Suivez-nous sur...Logo de facebookLogo de youtubeLogo de twiter

Le recit gagnant. (16 à 25 ans). Auteur: Idoia Navarro Rebollo

Un projet pour les enfants

Cartel del concurso literario

- Tu seras le roi, alors.

Mademoiselle Guilia, le professeur, distribue les personnages pour le projet scolaire. C'est la semaine du pays et on va faire un festival qui va durer six jours pendant lesquels chacun adoptera le personnage qui lui corresponde et se limitera à remplir sa fonction, entre-temps les professeurs contrôleront tout du dehors.

Moi, Ayesha, à mes 9 ans, un an de moins que la plupart de ceux de ma classe, je serai la princesse, fille du roi Havi.

Je ne comprends pas très bien pourquoi on doit faire tout ça. C'est à dire, Havi va tout contrôler pendant une semaine. Il va décider ce que doit manger le reste, qui fera quoi, et même qui continuera dans le projet et qui ne le fera pas. Mademoiselle Guilia dit que l'objectif est de faire une représentation de notre pays pour que nous puissions comprendre comment il fonctionne.

J'habite le Malïan, un pays peu connu, contrôlé par le premier qui chope le pouvoir, c'est ce que dit ma mère. On appelle cela monar...Monarchie, on l'a étudié la semaine dernière en cours. On a un roi, et c'est lui qui commande sur tout. Pourquoi? J'en sais rien. Ça a toujours été comme ça; il dit ce qu'on doit étudier, ce qu'on doit manger, ce qu'on doit penser, ce qu'on doit croire…Il contrôle tout. Ma mère n'est pas d'accord avec ça, mais je ne dois pas le dire à personne dans la rue. Elle dit que je ne comprends pas, que je suis petite, tais-toi et mange qu'elle me dit.  Mais si que je le comprends. Je n'aime pas qu'elle me fasse manger des légumes, et je crois que c'est pareil. Voilà pourquoi je ne comprends pas qu'elle ne fasse rien. Je ne veux pas manger de légumes et je mange des biscuits quand elle s'en va de la cuisine.

À l'école on apprend un peu de tout. Il y a de choses que j'aime plus que d'autres. On a, par exemple, les maths, les sciences... ça je n'aime pas, les chiffres sont affreux. Mais il y a aussi la littérature. Là on lit des livres. J'adore lire des livres et les professeurs de littérature changent très souvent, donc s'il y en a un que je n'aime pas, c'est pas grave. Bizarrement, de temps en temps, ces professeurs disparaissent et la semaine d'après on en a un de nouveau.

Le dernier livre que j'ai commencé à lire je n'ai pas pu le finir parce que Monsieur Alvin l'a emporté et il n'est plus retourné à l'école. C'était un livre qui parlait d'une espèce de monarchie dans laquelle les gens choisissaient leur roi, et comme ça tout le monde avait celui qu'il aimait le plus.  

Il y aussi un autre professeur, Monsieur Piper, celui d'Akania. Akania c'est le nom du cours que l'on dédie à prier et à apprendre sur notre Dieu, Akan. Ma mère m'a interdit de rien dire, mais je n'y crois pas. J'ai peur qu'Akan me punisse pour dire cela, mais c'est que je ne crois pas qu'il y ait un monsieur qui contrôle tout.

La semaine commence et je ne sais pas très bien qu'est-ce que je fous là. Je suis princesse, je n'ai rien à faire. J'aurais préféré être quelqu'un d'important comme Jesse, qui est reine. Moi, en tant que princesse, je m'assoie sur mon trône et je ne fais rien d'autre. C'est bizarre de voir toute la classe me faire la révérence, la plupart ce sont mes copains. Havi, cependant, ça l'amuse. Aujourd'hui il a décidé que tout le monde mange des épinards et nous des boulettes de pomme de terre, parce que nous sommes les meilleurs. Pourquoi les professeurs lui laissent faire ça? Je suis contente d'être princesse parce que j'ai des pommes de terre, mais je me sens mal voyant le reste manger des épinards, parce que je sais qu'ils sont écœurants.

Puis, l'après-midi, ils doivent sortir à la cour et décorer le chapiteau qui y est installé, ça c'est notre château. Nous, entre-temps, nous irons à la piscine.

- Comment ça s'est passé le premier jour du projet, Ayesha? - Ma mère avait l'air enthousiaste quand je suis rentrée aujourd'hui.

- Bien, maman. Je suis princesse.

Son visage s'illumine et elle sourit de joie - Quel honneur! Moi aussi j'ai été princesse à ton âge. Il faut que tu en profites, c'est beaucoup plus amusant que d'être vilain. 

- Peut être, mais je n'aime pas ce projet- je réponds en baissant la tête craignant sa réaction.

- C'est une coutume et c'est obligatoire. Toutes les écoles du pays le font.

- Mais je n'aime pas, je ne veux pas retourner demain.

- Ayesha, tu vas aller à l'école et tu seras la princesse, c'est compris?

- Oui maman...- je réponds à contrecœur.

Déjà au lit, tout ça tourne et retourne dans ma tête. Je ne veux pas voir mes copains me faire la révérence, j'aime qu'on soit des égaux, jouer avec eux à la balle, et non pas qu'ils me regardent aussi bizarrement et qu'ils ne me parlent pas. Ils semblent presque fâchés avec moi.

Aujourd'hui je suis retournée en cours. À peine entrée, Havi était en train de gueuler à Tom, un garçon un peu rondelet qui fait la garde.

- T'es complètement nul! J'ai ordonné que cette salle de prière soit réservée uniquement à ceux de ma famille! Comment est entré ce vilain?

- Havi , pa-pardon majesté - Tom est assez nerveux - je ne voulais pas le laisser entrer, mais il m'a dit qu'il allait seulement prier un petit moment.

- Je m'en fous! - Havi, est vraiment plongé dans son rôle- Mademoiselle Guilia!

Le professeur entre dans le chapiteau en hâte et étonnée parce qu'elle pense qu'il y a une dispute.

-¿Qu'est qu'il arrive?

- Tom est rejeté.

- D'accord. Tom, tu n'as plus besoin de venir le reste de la semaine, tu es en dehors du projet.

Ça a été le comble. Pourquoi il faut qu'il parte? Il n'a rien fait de mauvais, c'est une salle de prière, tout le monde peut y être dedans.

- Mademoiselle, je ne comprends pas pourquoi il doit partir.

Mademoiselle Guilia me sourit en essayant de paraître gentille -Écoute Ayesha, Havi, en tant que roi, peut décider qui est exclu du projet. Ce projet est comme la vie, il faut que tu respectes les ordres du roi pour pouvoir continuer à jouer. Tu comprends?

- Non. Ce n'est pas juste.

- Havi est le roi, il décide ce qui est juste, va avec Jesse maintenant et ne te plains plus. 

Le lendemain, Havi n'est pas venu. Apparemment il est malade. Le directeur m'a dit que, bien que cela n'arrive pas souvent, je dois choisir quelqu'un pour qu'il soit le roi, et moi être la reine.

Tout d'un coup, tout a changé, les garçons m'offrent des fleurs et des lettres que je ne lis pas. Je suis chouchoutée par toutes les filles. Je hais cela plus que l'autre. Nous sommes dans la salle principale et tout le monde m'accable, jusqu'à ce que j'ai décidé de crier.

- Laissez-moi tranquille!

Le silence se fait et tout le monde se tait pour que je parle.

- Vous me chouchoutez tous pour devenir quelqu'un d'important, pour manger des boulettes de pomme de terre, pour pouvoir rentrer dans la salle de prière spéciale. Je n'aime pas ça. Non. Combien veulent que ce soit moi qui contrôle ça?

Les uns et les autres se regardent, même les professeurs, qui n'ont pas osé me faire taire. Et juste quelques secondes après, tout le monde lève la main.

- Vraiment, si vous ne le voulez pas, ne levez pas la main, je ne vous rejetterai pas.

Daan, le garçon le plus timide de la classe baisse la main.

- Daan, Pourquoi tu ne veux pas que je sois la reine?

- C'est difficile à expliquer. T'es sympa, mais je veux que ce soit moi qui mange des boulettes de pomme de terre.

- Et pourquoi pas tous? Je ne veux pas que vous travailliez pour moi, je veux que vous choisissiez celui que vous voulez comme roi du projet. Je ne veux pas que nous mangiez des épinards, moi non plus j'en veux pas, je veux un bon repas pour tous. Je veux que chacun prie quand il veut et où il veut, et s'il ne veut pas le faire qu'il ne le fasse pas. Je veux que nous soyons tous égaux, sans que personne soit plus que l'autre. Je veux qu'on joue tous ensemble, sans que personne me regarde de travers ou ait peur de moi. Je veux pouvoir choisir si je veux être reine ou pas, pouvoir laisser que les autres le soient, que les filles autant que les garçons puissions être ce que nous voulons être et dire et penser ce qui nous plait.

Un grand brouhaha parcourt le chapiteau et tous mes compagnons commencent à crier, je crois qu'au fond ils ne comprennent pas ce que je veux dire. 

C'est alors que monsieur le Directeur s'est approché de moi et m'a ordonné de me taire, il nous a donné congé à tous jusqu'au lendemain et il a annulé le projet. 

On n'a plus jamais reparlé de ce projet malgré que mes compagnons étaient d'accord avec ce que j'ai dit. Je ne dois pas être la seule à penser comme ça, je ne peux pas être la seule fille de neuf ans à vouloir que ses compagnons la traitent d'égal à égal, à vouloir choisir si elle veut manger des épinards ou des boulettes de pommes de terre.

Idonare

Leandro Agirretxe, 1, Local 4
Centro Cívico Palmera-Montero - 20304 Irun
Tel: 669 075 423