logo de l'Association Rèpublicaine Irunaise 'Nicolás Guerendiain'

Article 2.-
Les objectifs de cette Association sont les suivants: LA DÉFENSE DES VALEURS RÉPUBLICAINES ET LA RÉCUPÉRATION DE LA MÉMOIRE HISTORIQUE

Suivez-nous sur...Logo de facebookLogo de youtubeLogo de twiter

Chronique du 14 avril 2007 à Irun

Mairie d' Irun avec le drapeau republicaine

Drapeaux tricolores sur les balcons d´Irun.

 

 

Faitez click pour voir la photo
Place San Juan et Mairie

Actes à la place San Juan

Vers midi la place San Juan se remplissait petit à petit.

Vers 12:30 commencèrent les trikitixak et ensuite la txalaparta.

Ensuite, on lut un communiqué en basque et en espagnol.

Un auresku fut dansé pour rendre les honneurs aux lutteurs républicains et le drapeau tricolore fut hissé accompagné par les musiciens qui interprétèrent l´hymne de Riego.

Après, 60 personnes se rassemblèrent pour manger au restaurant Irungo Atsegina. Voir menu

 

 

jouent la txalaparta
En jouant la Trikitixa

 

 

 

Vous pouvez voir ici le video du commencement des acts.

Vous pouvez également, sur Youtube, voir d’autres vidéos de l’Association

 

 

 

 

 

En lirant le comunique

 

Texte lut après la Txalaparta

Salut à tous et merci de votre présence.

Nous sommes réunis ici en vue de rendre hommage à la République proclamée en un tel jour il y a 76 ans.

A cette époque, la République a été instaurée à la suite d'élections municipales qui se tranformèrent en plebiscite qui repoussa une monarchie corrompue et incompétente.

Les peuples d'Espagne refusèrent la monarchie, une institution imposée et anachronique qui représente de par son essence même l'inégalité héréditaire par la voie du sang, soit un véritable vestige de la féodalité.

Monarchie et démocratie sont incompatibles.

La proclamation de la République, le 14 avril 1931 fut le début d'un processus démocratique, point de départ pour tout un ensemble de profondes réformes qui n'avaient pour but que d'aller au-delà de siècles d'illéttrisme, de misère, de caciquisme, de corruption, de despotisme et d'arrièrisme.

De ce fait, les forces conservatrices et rétrogrades, avec l'appui de l'Allemagne Nazie et de l'Italie Fasciste de Mussolini, le laisser-faire des soit-disantes Démocraties ainsi que la bénédiction de l'Eglise partirent en guerre contre la République.

Ils lui on fait la guerre parce que c'etait une République libre des travailleurs, des femmes, de la culture, de l'autogouvernement et à la fois, indépendante des autres états.

Ils lui on fait la guerre parce que c'était dangereuse pour leurs intérêts et c'est donc pour cela qu'ils apportèrent tous leurs efforts à son échec et empêcher son essor, c'est à dire, en finir au plutôt.

Au cours de la République:

  • Fus approuvée l'une des Constitutions les plus progressistes d'Europe.
  • On amorça la réforme agraire en vue de doter de terres les ouvriers agricoles pour qu'els n'aient plus à dépendre du von vouloir des caciques.
  • On a implanté la journée de huit heures et ainsi offrir repos, loisirs et culture aux travailleurs.
  • On a entamé la réforme militaire en vue d'essayer d'en finir avec les ingérences de l'Armée en politique.
  • En vue de récupérer le délinquant, el a été procédé à la réforme pénitentiaire.
  • Une nouvelle approche a été donnée à la famille, en reconnaissant les mêmes droits aux enfants légitimes et adultérins; on a animé des cours d'éducation sexuelle ainsi que de maternité consciente.
  • L'égalité de la femme a été promue. Avortement et divorce ont été reconnus. Les femmes ont pu accéder à des emplois publics ainsi qu'au suffrage universel.
  • Un programme ambitieux en vue d'éliminer l'illetrisme a été entrepris en réformant l'enseignement, en construisant des écoles dans tous les coins du pays, en augmentant le nombre de Maîtres d'Ecole et en rendant leur travail plus digne.
  • On a favorisé la culture en portant le cinéma, le théâtre et la musique dans tous les villages.
  • La séparation de l'Eglise et de l'Etat fut mise en chantier.
  • Le problème des nationalités a été abordé par l'octroi des Status d'Autonomie à la Catalogne et au Pays Basque.

Pour conclure, la République a entrepris toute une série de réformes économiques, sociales et politiques nobles, justes et humanistes dont plusieurs d'entre-elles demeurent aujourd'hui nécéssaires et pas encore réalisées.

C'est donc pour tout cela qu'au jour anniversaire de son avénement nous rendons hommage à la République et à tous ceux et celles qui ont travaillé, combattu et se sont sacrifiés pour la rendre possible et la défendre.

Vive la République!
Viva la Troisième République!

 
En lirant le comunique

Le fils d´Antonio Rubio récita un poème de son père:
“Ma République".

Hommage aux Republicains

Il faut que nous nous souvenions et que nous remercions tous ceux et toutes celles qui se sont sacrifiés en donnant leurs vies en défense de la République agressée par les fascistes. C'est un devoir envers eux et cela relève de la justice la plus élémentaire.

Nous rappelons à notre souvenir:

  • Les jeunes et les carabiniers fusillés à Pikoketa.
  • Le Colonel Ortega, Cristobal Errandonea, Nicolas Guerendiain.
  • Les deux conseillers municipaux fusillés, Florencio Iratxeta et Evaristo Larrañaga.
  • L'Agent de la Policie Municipale, Agustín Lekuona Ugarte
  • Antonio Maldonado, Julio Salinas, Kepa Ordoki…

Et tant d'autres qui offrirent leurs vies en d´defense de la République et en tentant d'empêcher la dictature que nous avons souffert pendant tant d'années.

Nombre d'entre-eux qui ne sont plus parmi nous car restés au long de la route.

Mais il en est d'autres dont nous avons la chance voire l'honneur de les compter parmi nous.

Sont présents à cet acte:

  • Antonio Garcia Fresnedo
  • Cristóbal  Andrades, ancien maquisard.
  • Virgilio Peña, combattant de la Résistance en France et quatre ans de camp de concentration.
  • Ramiro Santisteban, Président des Déportés Républicains Espagnols à Mathausen.
  • Gabriel Rebolé
  • Felipe Martín

Et à d´autres qui n´ont pas pu venir:

  • Marcelo Usabiaga
  • Ricardo Arruti
  • Francisco Fernandez
  • Antonio Rubio.

A eux tous nous rendons aujourd'hui hommage et remercions de leurs efforts.

Ensuite, un aurresku d'honneur.

 

 

 

Faitez click pour voir la photo

 

Hissage du drapeau

Dans la soirée le drapeau fut baissé et le lendemain des fleurs furent déposées au monument de Pikoketa.

Ofrande florale á Pikoketa

 

 

 

 

 

 

 

Leandro Agirretxe, 1, Local 4
Centro Cívico Palmera-Montero - 20304 Irun
Tel: 669 075 423